Est-ce que vous êtes un « moléculariste » irrité par la phyto?

Mon patron de thèse à la faculté de pharmacie, le Professeur Henri Pourrat, était un homme qui avait une idée toutes les dix secondes. C’était aussi une personnalité difficile, pour dire les choses sans être vexant. J’étais venu dans son service en serrant les fesses, attiré par ses qualités d’innovateur, ses idées originales sur la pharmacologie et le fait que c’était le seul service de toute l’Université auvergnate à avoir une activité totalement connectée à la réalité de la pharmacie industrielle. Il devait sa fortune à plusieurs brevets qui étaient exploités par l’industrie pharmaceutique, mais celui qui me fascinait le plus concernait le Difrarel, une préparation à base d’un extrait de myrtilles fermenté. Mis en comprimés de 100 mg, cet extrait se prescrivait à raison de plus de 500 000 boîtes par mois ! Il était clair que ce succès n’était pas seulement dû aux compétences marketing de MSD Chibret, la société qui l’exploitait à l’époque. Pourtant, selon les dires mêmes de responsables de cette grande société multinationale américaine, ce produit était une «soupe». Un mélange informe et infâme, mal défini et, tare suprême,  dont on ne connaissait pas le principe actif ! En poussant un peu l’interrogatoire, ils finissaient par avouer du bout des lèvres que le Difrarel était un excellent produit, efficace pour traiter et prévenir les troubles du vieillissement des yeux et sans aucune toxicité ni effet secondaire. Malgré tout, ces responsables doctrinaires, élevés au lait de la pharmacologie chimique avaient donc dû se résigner : le produit était bon, efficace, sans danger, se vendait formidablement et faisait des marges cosmiques.

Sans aucune contestation possible et bien que ce ne fût jamais revendiqué ni par ses exploitants, ni même par son inventeur, le Difrarel était bien un produit de phytothérapie: origine entièrement végétale (les baies de myrtilles), transformé de façon naturelle et même traditionnelle (fermentation) et composé d’un totum végétal ou presque (le sucre des baies était éliminé par la fermentation).

Les principes actifs n’étaient pas vraiment inconnus, les anthocyanes présentes dans les baies avaient montré une certaine activité pharmacologique au cours de tests sur l’animal. Mais d’une importance sans commune mesure avec l’extrait magique. On parlait donc de synergie entre les actifs, comme si la somme de deux et deux faisait plus que quatre. Pourtant, des essais menés sur toutes les anthocyanes de la myrtille associées dans les mêmes proportions que dans le fruit frais naturel n’avaient pas permis de confirmer cette hypothèse. L’extrait restait mystérieusement supérieur dans son action à toute autre molécule pure ou association de molécules pures qu’on ait pu imaginer de tester.

Tout le mystère de la phytothérapie est concentré dans cet exemple, il irrite les «molécularistes», ceux qui ne peuvent concevoir d’effet pharmacologique que sur la base de molécules agissant de façon univoque sur des cibles portées par l’organisme et qui seront responsables de la modification d’un comportement physiologique. De fait, cette conception fonctionne et les molécules pures actives forment aujourd’hui l’essentiel de notre pharmacopée moderne. Pourtant, les mélanges complexes possèdent des potentialités tout aussi fortes, ce qui est souvent nié par les détracteurs de la phytothérapie pour qui un produit ne peut fonctionner que s’il est en accord avec une théorie de fonctionnement.

A propos Daniel Jean

Docteur en pharmacie spécialiste des plantes médicinales, à l'origine de plus de trente brevets internationaux dans le domaine de la chimie des plantes médicinales, de la santé naturelle et de la phytothérapie. Créateur des S.I.P.F. et des E.P.S. (Phytostandards). Fondateur et directeur de l'Institut des Substances Végétales.
Galerie | Cet article a été publié dans Phytothérapie en général. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s